Photographier l’eau

L’eau en mouvement.
Photographier l’eau est un sujet vaste (les fontaines, les rivières, les gouttes, la rosée, les filets d’eau, les reflets, la pluie, les jets d’eau)
Saisir au vol l’eau en action ( fontaines, jets d’eau, la pluie qui tombe dans les flaques, le jet qui rebondit sur la peau, le bouillonnement au pied d’une cascade, le maelstrom tournoyant d’un évier qui se vide )
Tous ces sujets peuvent être source d’inspiration.
Le maître mot : figer l’eau, la geler . Pour cela, nous prendrons un temps de pose très court, qui figera  les projections ou les bulles d’eau dans leurs belles compositions.
Créer une ambiance féérique: Le but est de donner à l’eau qui coule un effet vaporeux et flouté, tout en conservent la netteté de l’environnement
Une matière, trois états, l’eau se présente sous trois formes.
1: L’état solide ( glace, neige )
2: L’état liquide et l’état gazeux ( vapeur, buée, nuages )
3: A la fois réfléchissante et transparente, l’eau peut être délibérément ou non colorée, troublée, modifiée.
L’eau est liée à la nature, une flaque qui  reflète un bâtiment, un arbre encastré dans un sol de brique portent un tout autre message que ces frondaisons qui se dresse entourées de brins d’herbe.
La neige dont la blancheur est symbole de silence, d’innocence et de pureté, mais aussi de froideur, de repos et de renouveau proche peut être utilisée, par contraste, pour mettre en évidence d’autres éléments de l’image. Il est difficile de rendre sa structure et d’en faire percevoir les détails mais elle fait partie des éléments favorisant l’équilibre des tons dans la composition de l’image.
Composition avec sujet principal:
La forme de composition la plus simple est d’avoir un seul point d’intérêt sur un fond dans lequel rien ne distrait l’oeil.
Il y a 3 grandes zones dans lequel on pourra placer le sujet:
1: Placer le point d’intérêt au centre de l’image, ce n’est pas le meilleur choix, on obtient une image très statique dont la portée reste limitée.
2: On retrouvera  les quatre points forts points forts définis par la règle des tiers et les déclinaisons du nombre d’or.
Un positionnement dans cette zone apporte une dynamique à l’image tout en conservant un bon équilibre.
3: La dernières zones est en périphérie du cadre. Plus la composition sera excentrée, plus ce choix devra être appuyé par une volonté concrète et justifiée.
Le  reflet:
C’est le couple formé par le thème et son reflet qui élaborent le point d’intérêt de l’image. La composition s’articule autours du duo. Sauf  dans le cas d’une parfaite symétrie en miroir il y a généralement un mouvement dans la matière réfléchissante que l’on ne trouve pas  dans l’objet d’origine . Les éléments  répétitifs ont la propriété d’imprimer une dynamique à l’image. Il arrive que le reflet contienne des éléments d’information que le cadre qui l’entoure vient compléter en donnant des clés supplémentaires. ( le reflet a besoin d’un élément du réel pou exister
L’eau, sous sa forme de gouttes  qui ruissellent , peut servir de voile pour le sujet principal mais aussi d’élément dynamique par sa brillance et la répétition de son rythme.
Sous la forme de goutte, l’eau devient une lentille déformante et une porte ouverte vers d’autres mondes, le sujet principal sera dans la goutte.